La formation habilitation électrique pour des travaux respectant les normes

Les habilitations électriques couvrent plusieurs domaines, notamment les opérations d’ordre électrique mais aussi les travaux non- électrique. Par définition, cette habilitation est la reconnaissance par l’employeur, de la capacité de ses employés à réaliser des travaux présentant des risques liés à l’électricité, en toute sécurité. Il est donc nécessaire de proposer des formations  en habilitations électriques. Ceci afin de faire acquérir à vos salariés une compétence professionnelle dans le domaine de la sécurité électrique, pour la réalisation des travaux et les mesures d’urgence apprendre en cas d’accident ou d’incendie d’origine électrique.

Quelles sont les réglementations et les normes en vigueur relative l’habilitation électrique ? 

Comme les travaux électriques peuvent générer des accidents particulièrement graves, il est important de limiter les risques. Pour ce faire, la législation impose à tout travailleur effectuant des travaux sur une installation électrique et dans son voisinage de disposer une habilitation électrique. Sur ce site, vous pouvez choisir la formation à habilitation électrique adaptée à vos besoins. Le contenu de la formation doit être basé sur la norme NF C 18- 510 et sur les principes généraux de prévention. Il se divise généralement en deux parties, la théorie et la pratique. Souvent, la théorie peut se faire à distance, avant de passer à la formation pratique pour la mise en pratique des connaissances acquises.

Cela peut vous intéresser : Coworking à Toulouse : comment trouver un espace de travail agréable et productif ?

Les différentes catégories d’habilitation électrique

L’habilitation électrique ne concerne pas uniquement les travaux électriques. Les opérations d’ordre non électrique nécessitent également cette habilitation. Il s’agit entre autres des métiers des plombiers, des chauffagistes, des peintres en bâtiment ou encore du personnel effectuant le nettoyage d’une installation. Pour cela, il est nécessaire d’avoir trois habilitations : BO, HO et HOV. 

Pour les interventions électriques, les habilitations électriques autorisant ce type d’action sont le BS pour le personnel non-électricien et le BR pour les électriciens professionnels. La lettre S correspond aux interventions de basse tension élémentaire,  tandis que la lettre R indique les interventions de basse tension générales. 

A lire également : Conseils pour bien choisir son hébergement en camping

Il est nécessaire de disposer d’une habilitation B1V et H1V, pour pouvoir effectuer des travaux électriques hors tension. Les symboles destinés aux chargés de travaux sur des installations électriques comprennent également leur équivalent de niveau inférieur. Autrement dit, l’habilitation B2 inclut la B1, tandis que l’habilitation H2 donne accès aux tâches de la H1. 

Le processus de la certification

Les étapes du processus d’habilitation électricque commencent par l’analyse des activités. En effet, il est important de déterminer le type d’opérations à réaliser, la nature du courant et les types d’appareils ou d’installation, avant de choisir l’habilitation éléctrique adaptée.

Il est nécessaire de prendre en compte les compétences et les capacités de travailleur avant de mettre en place le programme adapté. Ceci dit, il ne faut pas oublier de vérifier l’adéquation de l’activité aux compétences et aux aptitudes des travailleurs. L’étape suivante correspond à la formation préparatoire à l’habilitation. Il est important d’avoir l’avis du formateur qui sera remis à la fin de la formation. Il est aussi nécessaire d’avoir un avis favorable de la visite médicale du travail par rapport aux opérations confiées aux salariés. C’est l’employeur qui se charge de la remise de la certification. Cette dernière pourra perdre sa valeur en cas de modification de l’installation ou suite à des avancées techniques de travail ou en cas de validité expirée.

Non seulement, l’employeur a la responsabilité de financer et d’organiser l’information nécessaire à l’habilitation électrique, mais il doit également assurer la mise à jour des connaissances et la mise en place d’une formation de recyclage. En effet, il est important de veiller à ce que les salariés disposent toujours des connaissances et des compétences requises pour mener à bien leurs missions. 

La formation continue et le recyclage permettent aussi de s’adapter aux changements. Étant donné les rectifications régulières apportées aux normes, comme l’amendement NFC 18 510/A1 par exemple, il est important que les travailleurs restent régulièrement formés, afin de comprendre et d’intégrer ces modifications dans leur pratique quotidienne.

La formation régulière et le recyclage contribuent aussi à mieux prévenir les accidents et les risques liés à l’électrique. Le recyclage doit se faire au moins tous les trois ans. Cette périodicité permet de garantir que les compétences et connaissances des travailleurs restent actuelles et en adaptation avec les dernières exigences de sécurité. En plus du recyclage, il est conseillé de procéder à un suivi annuel. Ceci afin de garantir que les habilitations détenues soient toujours adéquates pour les tâches à réaliser.